Le tango selon Gardel

Publié le

Lionel Suarez (photo Philippe Delacroix) - Copie
TANGO

Lundi 13 mai 
2013

Rouen


Comme son nom l’indique, le Quarteto Gardel se voue à l’œuvre de Carlos Gardel, le père du tango, natif, selon les versions, de Cordoba en Argentine, de Tacuarembó en Uruguay, de Toulouse ou bien de Rodez en France... Lionel Suarez pense que Gardel est né à Rodez (Aveyron) comme lui, alors que Minino Garay pense qu'il est né en Argentine, comme lui ! Ce qui est sûr c’est que Gardel a vécu, chanté, aimé en Argentine et qu’il y est enterré, suite à un accident d'avion survenu en Colombie en 1935.

Créé lors du festival  « Jazz sur son 31 » à Toulouse, ce spectacle a été imaginé par Lionel Suarez, connu comme accordéoniste de Art Mengo, Sansévérino, André Minvielle ou encore Jean Rochefort. De Volver à Por Una Cabeza, de La Cumparsita à El Silencio, Lionel Suarez reprend un répertoire qui a bercé son enfance avec son père et son grand-père, tous deux aussi accordéonistes, qui jouaient ces musiques dans les bals et les fêtes votives de l'Aveyron. Pour l'accompagner dans cette aventure, Vincent Segal, impressionnant de maîtrise et d'humour, Arielle Besson à l'éclat lumineux, au jeu clair et fluide, Minino Garay précis, explosif et créatif. Quant à Lionel Suarez, attentif aux faits et gestes de chacun, il donne aux tangos et aux milongas une couleur très spécifique avec des arrangements précis et ouverts à l'improvisation.
Quarteto

Une lecture originale du tango. Sans éclats inutiles ou convenus, mais tout en nuances. Du tango sans guitare, ni violon, ni piano et ça marche du feu de Dieu !

 Quarteto Gardel
Lundi 13 mai 2013, 20 h 30
Hangar 23, bd Emile-Duchemin, Rouen

Billetterie : 16 rue Jeanne-d’Arc

à Rouen, 02 32 76 23 23                       

Photo Philippe Delacroix

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article