Zappayade à Rouen

Publié le

200-motels
COLLOQUE

Un colloque, proposé sur deux journées par l’Université de Rouen, ambitionne de faire toute la lumière sur Frank Zappa et son œuvre pléthorique. Un hommage à un artiste hors-normes.

 

Guitariste, chanteur, auteur, compositeur, dictateur, anticlérical, antipolitique, misogyne, perfectionniste, ou provocateur, Frank Zappa (1940-1993) a longtemps porté ces étiquettes pour la plupart réductrices, voire exagérées. A l’occasion des vingt ans de sa disparition, l’Université de Rouen réunit des PA castanetspécialistes pour mettre en lumière l’aspect savant de l’iconoclaste à travers son travail orchestral, compositionnel et filmographique.

Un sérieux badin, un savant populaire, un farfelu organisé, un bouffon perspicace, un vulgaire compositeur, aucun oxymore ne suffira à décrire Frank Zappa, celui qui depuis les sixties n’aura de cesse de gêner, dénoncer, railler, parodier, ridiculiser et créer via sa musique définitivement inclassable. Une musique singulière qui n’appartient à aucun style, si ce n’est le sien.

En effet, l'oeuvre Zappa concentre un ensemble d’influences, conjuguant entre autres le populaire et le savant, assaisonné d’un humour souvent potache mais d’une verve toujours assassine. Sa musique demeure encore aujourd’hui hors-catégories musicologiques.

Pierre-Albert Castanet (photo), professeur en musicologie à l’Université de Rouen, GRHis (Groupe recherche d'histoire), directeur du Département des Métiers de la Culture, est à l’origine de ce colloque.

Pourquoi  ce colloque consacré à Frank Zappa ?

Pierre-Albert Castanet : « En fait, l’intérêt du sujet Zappa réside dans la grande mixité des sources : du rythm'n blues à l'opéra, d'Edgard Varèse à Howlin' Wolf, de John Lennon à Pierre Boulez, des Ramblers à l'Ensemble Modern, du Boléro à la danse contemporaine, pendant près de trente ans, le grand Œuvre de Frank Zappa a paradoxalement – et finalement si naturellement – réuni bon nombre d’opposés. Sa production hybride demeure du reste encore aujourd'hui hors-catégories musicologiques. D’où la pertinence d’un colloque ad hoc, spécialement lié aux départements de musicologie et des métiers de la culture de l’Université de Rouen ». 

Vous êtes à l'origine des deux journées d'études?

« Oui, en tant que professeur de musicologie à l’Université de Rouen Normandie, je suis à l’origine de ce projet pluridisciplinaire qui veut rendre hommage à Frank Zappa, décédé il y a tout juste 20 ans, le 4 décembre 1993. Ce guitariste chanteur, auteur compositeur, dictateur anticlérical, misogyne antipolitique, provocateur perfectionniste… a toujours été pour moi l’archétype rebelle du « bad boy of music ». Étant spécialiste des musiciens en marge (Scelsi, Cage…), il était tout naturel pour moi d’organiser ces journées d’études universitaires agrémentées d’un concert, au Conservatoire de Rouen par les classes de musique de chambre, et d’une performance à l’ESPE de Mont-Saint-Aignan (Ecole supérieure du professorat de l’éducation) par la Compagnie Hur Ben de Daniel Mayar. Bien entendu, ouvertes à toutes et à tous, les entrées sont gratuites ». 

Qui sont les intervenants ?

« Ce sont des collègues des universités de Paris Est, Bourgogne, Lille, Lyon-Saint-Etienne et de la Sorbonne, autant de spécialistes éminents qui vont mettre en lumière d’une part l'aspect savant de l'iconoclaste à travers son travail orchestral, compositionnel… et d’autre part l’aspect populaire et humoristique des diverses productions artistiques (films, chansons…).  Quant à moi, je suis très fier de compter parmi mes doctorants rouennais, Juliette Boisnel, une étudiante qui termine actuellement sa thèse sur l’œuvre et la pensée de Zappa.  Ce cas universitaire est si rare qu’il faut le souligner ici ! »

 

Le programmeFrank Zappa

Lundi 2 décembre, Conservatoire national
à rayonnement régional, Rouen

-   14 h 30 : introduction par Michel Biard, directeur du GRHis

-  14 h4 5 : « Zappa musicien : du populaire dans le savant, et réciproquement », présentation de Pierre Albert Castanet, Université de Rouen, GRHis.

-  15 h : « Autour de Lumpy Gravy » Max Noubel, Université de Bourgogne

-  15 h 45 : « Zappa en images » Juliette Boisnel, Université de Rouen, GRHis.

-  17 h : « 200 Motels. Pourquoi et comment Zappa (et les Beatles) ont-ils réalisé des films ? » François Ribac, Université de Bourgogne

- 17 h 45 : « L’improvisation dirigée dans le « sound painting » chez Zappa : le cas du film Baby Snakes » par Martin Laliberté, Université de Paris-Est, Marne-la-Vallée

-  19 h : « Du populaire dans le savant » concert par les étudiants du Conservatoire de Rouen.


Mardi 3 décembre, ESPE, Mont-Saint-Aignan, amphithéâtre 205

-  9 h 30 : introduction de Pierre Albert Castanet

-  9 h 45 : « L’humour selon Zappa », Juliette Boisnel, Université de Rouen, GRHis

- 11 h : « Rage et fureur, de la filiation Varèse / Zappa », Philippe Lalitte, Université de Bourgogne

- 11 h 45 : « John Cage et Frank Zappa », Anne De Fornel, Université Paris IV, Sorbonne

- 14 h : « Frank Zappa : xénochronique », Romain Bricout, Université de Lille 3

- 14 h 45 : « Utilisation de dispositifs électroniques temps réel dans la musique de Frank Zappa », Laurent Pottier, Université de Lyon-Saint-Etienne

- 16 h : « Zappa et la notion de continuité conceptuelle » par Philippe Gonin, Université de Bourgogne

- 16 h 45 : « Zappa et la danse » Pascal Roland, Université de Rouen, CETAPS

- 18 h : clôture : Zappa – Sofa par la compagnie Hur Ben, performance théâtro-musicale / XVIe duchampiade / Ière ZappayadeConcert RouenConcert Rouen

 Groupe de recherche d'histoire 

Commenter cet article